La nuit a renoncé à ses silences. Ici ou là, bruissent des paroles d’étoiles. Au lointain de l'absence, une lumière veille. Il ne reste dans l'instant que le délicat regard des soupirs perdus. Sur les bords de nos errances, au cœur de ce ténébreux pays, nous avons quitté la route nouvelle pour l'obscur chemin du voyageur. Ralentir la vague vive qui déferle le long de nos rives et rêver un moment que le temps d’avant reste le temps de l’instant.

PL - mars 2019

 

retour BLOG