Biographie, mots, expositions... (menu déroulant).
_______________________


Pierre LUCAS, photographe, enseignant, citoyen du monde.

Né au siècle dernier, à l’ouest de l’Europe, dans le
Finistère, à Brest.

Le jeu avec la surface sensible a commencé à l’aube de
l’adolescence et les milliers d’heures de laboratoire et
de clichés exposés ont façonné un chemin direct, solide
et précis entre son regard et la photographie.

Après vingt années passées entre la Picardie, l’Alsace et
ses voyages au loin, il vit et travaille aujourd’hui en
Bretagne. C`est durant cette période d’errance
géographique que l’art poétique de la photographie s’est
durablement installé dans son univers. Une aventure
déclinée sur les thèmes du paysage, du voyage, de
l’humain et du Land Art. Ce sont ses Carrés d’Ouest.

______________________

Mots #1

Carrés d’ouest
Harmonies ordinaires

Acteur et regardeur de l’instant, ainsi va l’emprise du
photographe sur son espace proche. Quêteur obsessionnel,
arpenteur d’espaces et de temps, je rêve, j’avance,
j’écris.

Sur mes photographies, de prime abord, le sujet traité
est évidence : le littoral. Ce lieu est à la fois fin et
commencement, un entre-deux troublant, plus tout
à fait terre, pas tout à fait mer.

Sur l’image, les êtres passants, les sables, l’eau et les
rochers font teinter l’atmosphère qui les entourent. Ils
sont installés à la périphérie du néant, loin du vacarme
de la multitude. L’air alentour est intense, l’espace
haut vibre d’infinité.

Il y a pourtant cette importance donnée au vide qui
déstabilise. C’est au plus près de l’univers céleste,
cette vanité éternelle, que la poésie et l’art cherchent
peut-être leurs véritables sujets ?

Le temps s’écoule et d’ombres en lumières l’équilibre des
lignes dévoile ses fragilités ; les harmonies ordinaires
s’inventent l’instant d’une pensée vagabonde.

Pierre Lucas - octobre 2017


______________________

Mots #2

Insidieusement, depuis quelques mois, une monotonie
profonde taille des rides amères dans un ciel usagé. La
vie stagne et la lenteur des morosités agace, exaspère.

Avec l’hésitation des premières lueurs d’une aube
inquiète et frêle, les ombres utopiques des passés
incertains réapparaissent. Les lumières du Ponant me
hantent ; elles me hantent jusqu`à m’éblouir comme seules
peuvent le faire les chimères éveillées.

Le temps de la décision est parfois celui du destin.
Alors que les premières tendresses d’un été à venir se
révélaient, l’écriture et la photographie dévoilaient un
ciel frais, étonnamment neuf. Les mots accordaient aux
pensées la jouissance des mondes à inventer et les
regards devenaient le silence des mots.

Aujourd’hui, sous la caresse du temps, avec la sérénité
des passions revenues, je chemine sur les rivages qui
m’ont vu naître.

Les images et les mots sont mes évidences. Alors, je
photographie sensiblement comme j’écris : par nécessité,
par hasard, par passion.

Bonne promenade à chacun d’entre nous. Que la lenteur de
nos pas nous permette toujours d’entrevoir la beauté
simple de nos chemins et que les mots continuent
d’éveiller nos étonnements endormis.

Pierre LUCAS

_____________________________


Expositions :


2017 (octobre)
Exposition "harmonies ordinaires"
Médiathèque
Saint-Renan (Finistère)

2017
Exposition "carrés d’ouest, harmonies ordinaires"
La Coursive
Concarneau (Finistère)

2016
Exposition "le carré de la plage"
Arthémuse
Briec-de-l’Odet (Finistère)

2005
Exposition "L’amertume des impatiences"
Le Carré d Art
Chartres de Bretagne (Ille et Vilaine)

2003
Exposition "Lenteurs océanes"
Mai Photographies
Quimper (Finistère)

2003
Exposition "L’amertume des impatiences"
Galerie du Carré Amelot
La Rochelle (Charente-Maritime)

2002
Exposition "Lenteurs Océanes"
Centre d Art Passerelle
Brest (Finistère)

2001
Exposition "Lenteurs Océanes"
Galerie Rapinel
Bazouges la Pérouse (Ille et Vilaine)

1999 Exposition "Le long du chemin, les secrets
dispersés"
Galerie Rapinel
Bazouges la Pérouse (Ille et Vilaine)

1994
Exposition "Ha hed an hent" (le long du chemin)
Galerie lézard
Colmar (Haut-Rhin)